Vis ma vie de belle-mère.

Comment est-ce que je sais ce qu’il faut faire ? Dire ? Donner ? Interdire ? Expliquer ? Comment est-ce que je suis censée savoir ça ? Parfois, la nuit, quand je n’arrive pas à dormir & que l’orgasme nocturne n’a pas eu d’effet-je-ronfle-comme-un-ours-qui-hiberne-juste-après, je comate devant la télé. & je zappe. Je zappe. Je zappe encore & encore. Jusqu’à ce qu’une série retienne mon attention. Ou un documentaire. Mais l’autre soir, c’était Tellement Vrai sur nrj12. J’assume. Ou pas.
Tellement Vrai qui montrait une famille dépassée par l’insolence des enfants. Des gamins pas plus hauts que trois pommes. & d’une insolence affligeante. C’est alors que j’ai commencé à me poser des questions… & si moi, je m’y prenais aussi mal ? & si dans dix ans, mon incapacité m’explosait à la figure ? & si le petit être me détestait à vie & m’en faisait baver, hein ? & si ?!

Je vous arrête tout de suite, je ne suis pas maman. Je suis d’ailleurs un peu jeune pour ça. En tout cas, mes problèmes relationnels avec mes propres parents ne me permettent pas d’être prête pour ça, pour le moment. En revanche, vous n’êtes pas sans savoir que je vis avec Chéri. & que Chéri, lui, a un petit être de trois ans, bientôt quatre. Un petit être qui est né un tout petit peu avant que je ne devienne la maîtresse de Chéri. Il représente un peu tout ce dont je me sens parfois encore un peu coupable. Chéri a quitté femme & enfant pour moi. Pour m’entendre râler assez souvent. Pour m’entendre ronfler quand je dors sur le dos. Pour me voir faire des gazouillis à mes chats, allongée par terre. Pour me regarder me ridiculiser en sortant en panique, en shorty, t-shirt, gambettes pas épilées, parce qu’il m’a fait une blague plutôt nulle qui m’a fait paniquer. Tout ça pour dire que Chéri a un Junior. & Jr. il est pas commode. C’est un vrai chou à la crème anglaise & pourtant, parfois, il a des crises. Enfant unique d’un couple divorcé, il est gâté. Très gâté. Trop. Alors il est un peu capricieux. & ça m’énerve. Mais je ne suis pas sa maman. Je ne suis pas son papa. Puis Chéri gère très bien les crises de caprices. Les pétages de plomb du môme. Autoritaire mais pas trop. Juste, drôle, parfois maladroit. Mais un bon papa. A tel point que je l’imagine parfois s’occuper de ma propre progéniture. Mais revenons à la réalité.

Il se trouve que je dois parfois garder le schtroumpf maléfique seule. Je ne l’ai gardé que trois fois, seule. Je n’aime pas les enfants, ce n’est pas un scoop & ça fait à peine un an que j’ai fait la rencontre dudit schtroumpf. La première fois, aucun souci. Un petit chou. La seconde fois, c’était juste une matinée, il a réclamé son papa assez souvent, mais je l’ai bien fait jouer, on s’est épuisés, & puis après un « je veux faire un câlin à ton ventre » avant de dormir (ce môme sait parler aux femmes, c’est sûr !), je suis allée faire ma sieste sur le canapé, épuisée mais ravie d’avoir passé quelques heures avec ce petit chou. Seulement, le mois dernier, j’ai dû le garder tout le dimanche. Chéri était en compétition pour son sport avec son équipe, moi j’ai dû me lever à 8h3o. A 8h j’ai entendu que le petit était réveillé, mais j’étais tellement épuisée, que je n’ai pas su me hisser hors du lit avant 8h3o. Le schtroumpf était en larme, paniqué, il voulait son papa. Je m’en suis beaucoup voulu. Pauvre petit choupinou. Je lui ai fait un gros câlin, lui ai préparé le meilleur chocolat chaud de la terre, & l’ai collé devant le film d’animation de son choix. C’était sans compter son envie de jouer avec mes nerfs. Après le film, il a voulu un autre film. Epuisée, je n’avais qu’une seule chose en tête : dodo !! J’ai donc lancé Némo après Le Roi Lion. Mais finalement il ne voulait plus. Il a décidé d’escalader l’arbre à chat afin d’embêter un peu mes fauves. J’ai dit « Non, le schtroumpf ! Tu vas tomber, tu vas te faire mal. & les chats font dodo alors il faut les laisser tranquille ». J’ai secrètement prié pour que Chat lui donne une petite leçon elle-même, mais bon. Quand même !
Sauf qu’il n’a pas aimé mon « Non ! » Il a commencé à jeter tout un tas de trucs par terre. Il a renversé le meilleur chocolat chaud de la terre. Il a m’a sciemment postillonné à la figure. J’en pouvais plus. Je l’ai chopé par le bras, je l’ai mis dans la chambre, porte ouverte, & lui ai dit de revenir me voir une fois qu’il serait calmé. Il a crié, il a pleuré, mais n’a pas bougé de la chambre. Une petite demie-heure plus tard je suis allée le voir, il avait l’air calmé. Il m’a demandé pardon & je lui ai fait nettoyer son bazar dans le salon. Il était chou. J’étais prête à lui pardonner. Mais est arrivée l’heure de déjeuner. Il ne voulait pas de ma super purée. Je l’ai malgré tout assis à table, je lui ai dit de goûter & que s’il n’aimait vraiment pas, il n’était pas obligé de manger. Il a mangé. Puis soudainement, il a jeté sa cuillère, il a commencé à s’énerver, à crier. Je l’ai mis au lit sans négocier le dessert & j’ai prié pour que Chéri rentre vite.

focus-coloriage-13336-l550-h410

Le terrible aveu que je dois vous faire : j’ai eu envie de lui retourner une claque à chaque parole insolente. A chaque geste de trop. J’en ai vraiment eu envie.
Chéri dit qu’il me fait confiance. Qu’il sait que je ne ferai jamais de mal à son p’tit choupinou. & je ne le ferai jamais. Je me suis même étrangement attachée à lui. Mais j’ai malgré tout pensé à lui en coller une. Mon homme explique ça par mon éducation. Manque de la figure paternelle, sauf par les coups. Aucun soutien maternel (puisque j’ai appris plus tard qu’elle était la commanditaire.) Je ne rentrerai pas dans les détails, mais j’ai effectivement une relation très compliquée avec mes parents. & aussi loin que remontent mes souvenirs, jamais un seul de mes parents ne s’est un jour assis près de moi pour m’expliquer pourquoi j’étais punis, pourquoi c’était mal ou pourquoi, ça, au contraire, c’était bien. En guise d’explication j’avais une gifle, un coup de balais, ou n’importe quel truc qui passait par là & qui était susceptible de faire mal. Aujourd’hui, je n’imagine le respect, l’autorité, qu’à travers la force des coups.

Le schtroumpf dont je parle est un enfant tout à fait normal, équilibré, espiègle, chou. Vif d’esprit. Il me fait juste peur. Peur parce que je ne suis pas sa mère. Peur parce que je ne suis pas censée être sa copine. Je suis sa belle-mère. Je ne sais pas si je dois le punir. Je ne sais pas si j’en ai le droit. Est-ce que ce serait m’immiscer dans l’éducation que veulent lui donner ses parents ? On en a souvent parlé avec Chéri. Il dit que je m’adapte à mon rythme & que je ne dois pas hésiter à le punir s’il va trop loin. Tout en lui expliquant pourquoi. Mais j’ai peur. Peur de ne pas être assez autoritaire. & peur de l’être trop alors que je voudrais simplement être une belle-maman cool, respectée & respectueuse.

 

Trouver ma place de belle-mère, je dois. & c’est nettement moins facile qu’on l’imagine…

Publicités

10 réflexions sur “Vis ma vie de belle-mère.

  1. Tinhy avril 27, 2014 à 5:27 Reply

    Coucou ! C’est vrai que tu es dans une situation délicate. A ta question : « Est-ce que j’ai le droit de le punir? ». Je pense que oui, tu as le droit parce que sinon, tu risques de te faire bouffer par ce petit chou pas plus haut que trois pommes ! Après, je pense qu’il faut juste que tu respectes et partages les « valeurs éducationnelles » des parents. (d’où me sortent ces mots ? Super Nanny, es-tu là ???).
    Bon j’arrête de dire des bêtises ! J’espère que tu vas bien sinon !
    A très vite !

  2. Ragnagna avril 28, 2014 à 1:29 Reply

    Sans avoir eu la relation compliquée que tu as eu avec tes parents, j’ai pas non plus été élevée à la façon actuelle où on explique à l’enfant et patata tati. Je pense que l’envie de claquer, de fermer la discussion pour pouvoir s’apaiser tranquillement, reprendre son souffle, doit démanger par mal de parents. Mais il y a un pas entre y penser et être violente.
    Un enfant ça sait très bien te pousser à bout, tu as une autorité légitime sur lui, essaye de te voir peut-être comme une Tata ? Tu es pas sa mère, mais tu es de sa famille quand bien même :)

  3. Mlle Chago avril 28, 2014 à 3:28 Reply

    Merci pour ces p’tits mots :) J’apprendrai avec le temps, mais parfois j’avoue que je panique un petit peu & que je me demande comment je vais m’en sortir… !

  4. Agoaye avril 28, 2014 à 5:02 Reply

    Tu as le droit :
    De lui dire que tu n’es pas sa mère et que tu ne cherches pas à la remplacer
    De lui dire que tu n’es pas son père mais que ce dernier te fait confiance
    D’avoir tes propres règles (parce que « chats », parce que « chez toi »… etc) et qu’elles peuvent se différencier un peu de celles de chez sa mère – il peut le comprendre –
    De le punir, en lui expliquant que quand il est avec toi il doit obéir à TES règles
    D’être aussi bienveillante que stricte au début (car les enfants testent, surtout au début… alors ne te laisse pas marcher sur les pieds)

    Tu n’as pas le droit :
    De taper. Ça c’est clair et net ! (si c’était le tien je dirai pas, mais là c’est pas le cas :))

    Mais tu peux aussi lui parler, il est très apte à comprendre toutes ces choses :)

  5. Agoaye avril 28, 2014 à 5:02 Reply

    (Moi j’étais une putain de super belle-mère avec le petit d’ex-Chérichéri… Je regrette presque plus le gamin que le mec…)

    • Des Pavés sous ces Bottines. avril 28, 2014 à 5:48 Reply

      Je me demandais s’il pouvait justement comprendre/accepter que « mes règles » soient différentes de celles de maman. En tout cas tu as l’air de savoir de quoi tu parles & ça me rassure un peu ! Merci :)
      (M’étonne pas que tu aies été une putain de belle-mère. Je vais essayer de tout déchirer aussi !! hé hé hé)

      • Agoaye avril 28, 2014 à 5:50

        Tu vas y arriver ;)
        Mais oui, il peut comprendre (à condition que tu lui expliques bien pourquoi !)

  6. Tinhy avril 28, 2014 à 5:17 Reply

    Oui je vous tiendrais au courant si mon aventure yoga débouche sur quelque chose ^^.
    A propos de mes lunettes, finalement, j’ai dû choisir entre femme fatale et weirdo/geek. J’ai évidemment choisis le look weirdo/geek (des grosses lunettes bordeaux). La femme fatale attendra ahah.

    Sinon, je te remercie pour tes gentils commentaires. A très vite ! :)

  7. Tinhy avril 28, 2014 à 5:18 Reply

    Et au fait, va voir ton ophtalmo ! Tu vas fatiguer tes yeux ;)
    (maintenant que j’y suis allée, j’ai le droit de faire la morale aux autres ahaha)

  8. Kariana mai 7, 2014 à 6:15 Reply

    Ah tiens, visiblement je ne suis pas la seule à avoir eu une relation pas tip top avec mes parents… enfin surtout ma mère, mon père lui, quand il a appris que j’avais une maladie génétique, il s’est barré en vidant les comptes bancaires. Il a laissé ma mère complètement névrosée, c’était une enfance charmante.

    Je ne supporte pas les enfants non plus, je les trouve toujours mal éduqués, toujours à hurler, à faire des caprices, sans aucun respect. Je me doute que mon gosse sera différent, puis-qu’éduqué à ma manière, mais le truc, c’est que si je lui apprends le respect, il va se faire lyncher à l’école, parce que le respect c’est trop mainstream.

    Enfin j’ai du pot, mon homme n’a pas de gosse et n’en veut pas. Par contre j’ai un neveu… enfin lui ça va, il est obéissant. Il tient juste de son père. Quand il joue à un jeu vidéo, faut forcément qu’il choisisse d’incarner une gonzesse aux seins démesurés. Mais sinon il est cool. x)

Un p'tit mot.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :